Champion du Monde F1 : Sebastian Vettel voit triple !

Il n’a pas eu la partie facile, mais il a tenu bon. A 25 ans, Sebastian Vettel sait résister à la pression, il l’a montré lors du dernier grand prix de la saison F1. Le pilote allemand a décroché son troisième titre de Champion du Monde, consécutif qui plus est. Il rejoint ainsi des légendes du sport automobile.

Aurait-il pu imaginer pire scénario pour partir à la conquête du titre 2012 ? Il est probable que non. Sebastian Vettel a tout connu à Interlagos. Il s’est d’abord retrouvé à l’envers, au cœur de la meute, dès le premier tour. La Red Bull RB8 repartira avec quelques bobos, notamment au niveau de l’échappement. C’est ensuite la radio qui a fait des siennes et, compte tenu des conditions météorologiques très changeantes, ce n’était évidemment pas le jour à rencontrer un tel ennui. Puis, alors que la pluie fait son retour, le pilote allemand va s’arrêter deux fois au stand en quelques tours. D’abord pour des slicks puis pour des intermédiaires… qui n’étaient pas prêts. Une bonne poignée de secondes de perdue qui aurait pu peser lourd au moment du décompte final. Mais non, il était écrit que rien ne pourrait priver Vettel d’un troisième titre historique. L’émotion était d’ailleurs palpable après l’abaissement du drapeau à damiers, intervenu à l’issue d’une course à rebondissements. Vettel avouera avoir pleuré dans une radio qui n’émettait plus…

Sebastian Vettel égale Fangio et Schumacher…
Combattant féroce comme à son habitude, Fernando Alonso (gamme de vêtements à retrouver sur Oreca-Store) n’a rendu que plus beau la troisième couronne de son adversaire germanique. Car avec trois titres sur la scène mondiale, c’est bien Sebastian Vettel qui entre dans la légende. Il rejoint Jack Brabham, Jackie Stewart, Niki Lauda, Nelson Piquet et Ayrton Senna, mais égal Juan Manuel Fangio et Michael Schumacher, seuls pilotes à avoir enchaîné trois sacres consécutifs !

Les images dimanche soir avaient d’ailleurs des allures de passage de relais. Alors qu’il venait de boucler son ultime grand prix, Michael Schumacher, recordman avec sept titres, a multiplié les accolades avec son digne héritier. Car à 25 ans, Vettel affiche des stats impressionnantes, et il a encore le temps de les bonifier. Plus jeune Champion du Monde en 2010, il est désormais le plus jeune… triple Champion du Monde. Le pilote allemand possède déjà 26 victoires et 36 poles à son actif, en 101 départs. Evoluant au sein de la meilleure équipe du plateau, Red Bull Racing, Vettel va partir en quête d’un quadruplé en 2013 avant l’instauration d’une nouvelle réglementation qui redistribuera forcément un peu les cartes en 2014. Sur sa liste figurent Alain Prost (4), Juan Manuel Fangio (5) et Michael Schumacher (7). Voilà un sacré défi à relever face à des pilotes revanches et déjà champions du monde, tels que Fernando Alonso, Lewis Hamilton, Kimi Raïkkonën ou Jenson Button !

Sebastian Vettel est si impressionnant que la question n’est pas tant de savoir s’il décrochera un nouveau titre, mais avec qui le remportera-t-il ? Couvé par Red Bull, il a quasiment tout connu avec le team à l’effigie de la boisson énergisante. Va-t-il continuer d’écrire l’histoire avec cette équipe ? Vettel est sous contrat jusqu’en 2016, voilà un premier élément de réponse. Mais la structure dirigée par Christian Horner serait-elle indéfiniment au top, y compris en 2014 ? Et Vettel, toujours habitué à gagner depuis ses débuts, ne sera-t-il pas tenté de changer d’environnement ?

Deux solutions s’offriront probablement à lui. Celle de rester fidèle à Red Bull Racing et de tout remporter avec un même team. Ou celle de relever, un jour, un nouveau défi. Comme Schumacher l’avait fait avant lui en passant de Benetton à Ferrari. Ferrari dont on a souvent mentionné l’intérêt. Car si Red Bull Racing domine la F1, de la tête et presque de ses épaules de taureau, ce n’est pas encore l’égal d’une firme mythique comme Ferrari.

Ce débat là n’est pas encore d’actualité. Pour l’instant, Sebastian Vettel défend bien les couleurs de Red Bull et il ajoute les lignes à son palmarès à la vitesse grand V. Il n’y a donc pas de raison de changer une formule gagnante…

[ad#grd-rectangle]

Sur le même sujet

Greg Konio

Auteur Greg Konio

Journaliste spécialisé dans le sport automobile et plus particulièrement l’Endurance. Passionné de course en général, circuit et rallye, j’arpente les circuits tout au long de l’année avec une préférence pour les épreuves américaines. Je reprends mon clavier pour écrire sur ce blog et vous faire partager mon feeling sur l’actu « compétition ». Voitures préférées : Porsche RS Spyder, Porsche GT1. Jeux de course auto préférés : Grand Theft Auto, Race Driver, Gran Turismo. Marques préférées : Porsche, Dodge. Pilotes préférés : Ayrton Senna, Jimmie Johnson.

Laisser un commentaire