Cordillères des Andes – Dakar 2013

Une étape transitoire et sans grande surprise, seule la raréfaction de l’oxygène s’est fait sentir pour les pilotes comme pour les véhicules. Pas loin de 5000 mètres d’altitude en pleine Cordillères des Andes, des décors splendides. Nos deux pilotes Chabot et Pillot à bord du Buggy SMG, que la rédaction a décidé de suivre, sont restés bouche bée devant ce spectacle magnifique que leur offrait la nature. Ils ont gardé la tête froide sous leur casque de pilote et ne se sont pas enflammés pour protéger la mécanique au travers des chemins parsemés de caillasses !

Calama – Salta
Etape 7 : 751 Km
Liaisons : 533 Km

Secteur sélectif : 218 km 

Ces moments du rallye sont rares. Précieux même. Pouvoir profiter du paysage et du décor quasi lunaire du sommet de la Cordillère des Andes, n’est pas offert à tous. Hier, les concurrents restants en course, ont été remercié de leur résistance à la première partie du rallye par ce cadeau offert à leur yeux. Une traversée en liaison, donc sans précipitation ni stresse, leur permettant de rejoindre, du côté argentin, le départ de la septième spéciale du Dakar. Ronan Chabot et Gilles Pillot n’ont pas manqué une miette du spectacle :

« C’est toujours un beau moment que cette traversée de la Cordillères des Andes à quasiment 5 000 mètres, s’extasie Ronan. Nous n’étions encore jamais passé à cet endroit, lors des dernières éditions du rallye, mais les décors demeuraient très ressemblants. Nous n’avons pas croisé de lacs, cette fois ci, mais l’endroit reste exceptionnel et la neige était bien présente sur les sommets. Nous avons également bien ressenti l’effet de l’altitude et la raréfaction de l’oxygène, à mesure que nous prenions de la hauteur. »

Une fois franchie la frontière argentine, au beau milieu de la Cordillère, le départ de la spéciale pouvait être donné. Dès le départ, l’équipage du Buggy SMG gérait avec intelligence cette spéciale assez courte et sans grand intérêt technique :

« La spéciale ne présentait pas de difficultés particulières, confirmait Ronan. La première partie, sur près de 130 km était quasiment à fond, avant de tomber sur de la caillasse, où il n’y avait rien à gagner. Nous avons ‘’enroulé’’ aujourd’hui et nous avons même laissé passer Guerlain Chicherit, qui voulait accrocher un temps.

La seule particularité de la spéciale du jour est venue de l’altitude, puisque le Dakar n’avait jamais évolué aussi haut. Du coup, la puissance du moteur s’en est trouvé réduite, mais sans conséquence technique particulière. »

Reste aujourd’hui à disputer une dernière étape de choix, avant la trêve salutaire de la journée de repos, programmée demain, à Tucuman. La deuxième plus longue spéciale de ce rallye est très attendue par l’équipage Toy Motors :

« La fatigue de la première partie de rallye commence à se faire ressentir, d’autant que les gars de l’équipe travaillent toutes les nuits et le bruits des moteurs est assez perturbant, confie Ronan. Maintenant, il est impératif de rester bien concentré et de se lâcher sur cette ultime étape, avant la journée de repos. L’étape à venir devrait être un beau plat de résistance et je l’attends nettement plus que l’étape que nous venons de vivre. Il faut aussi garder à l’esprit que la semaine qui s’annonce, après la journée de repos de demain, sera très relevée et que c’est à ce moment là qu’il faudra faire la différence.

Retrouvez tout l’habillement officiel du Dakar ici : http://www.oreca-store.com/vetements-et-accessoires/dakar.html

Mathias Jannequin

Auteur Mathias Jannequin

Passionné par le web, la photographie, et les voitures vintages ! Fondateur du blog Le-Pilote-Automobile.com, je partage la rédaction des articles avec plusieurs auteurs passionnés et/ou pratiquants du sport automobile amateurs et professionnels.

    Laisser un commentaire